Paris
29 Oct, Thursday
11° C
TOP
h

Art Guide |

Les tableaux les plus chers du monde

Quand on aime, on ne compte pas ! Le domaine de l’art est devenu un véritable marché et une source potentielle de grande fortune.

En octobre 2018, une œuvre de Banksy est sans aucun doute devenue l’un des tableaux les plus chers du monde… jusqu’à s’autodétruire, et ce dès l’annonce de sa vente ! Pour la modique somme d’1,4 million de dollars, Girl with Balloon est passé à travers les lames d’un broyeur inséré dans le cadre, sous les yeux ébahis des collectionneurs présents à la vente aux enchères de Sotheby’s.

Une sacrée somme pour un tableau devenu inexistant, mais bien peu comparé à la valeur d’autres œuvres vendues à des collectionneurs au cours de l’Histoire.

Penchons-nous sur les ventes de tableaux les plus chers jamais réalisées.

De Vinci, Gauguin et de Kooning : les meilleurs « vendeurs »

 

Salvator Mundi, Léonard de Vinci

 

Avant d’être vendu pour l’extraordinaire somme de 450 millions de dollars, le Salvator Mundi de Léonard de Vinci n’a cessé de voir sa paternité remise en question. Des expertises attribuent l’œuvre à plusieurs élèves de de Vinci (dont Giovanni Beltraffio ou encore Bernardino Luini).

En 2011, une restauration sérieuse de l’œuvre par le MOMA confirme que Léonard de Vinci est bel et bien l’auteur de l’œuvre. Lors d’une vente aux enchères chez Christie’s en 2017, Salvator Mundi voit sa valeur grimper de 70 à 450 millions en quelques minutes. Finalement, c’est Mohammed Ben Salman, le prince héritier d’Arabie Saoudite, qui remporte l’enchère.

Quand tu maries-tu ?, Paul Gauguin

 

Paul Gauguin réalise Quand tu maries-tu ? en 1892, au cours de son premier voyage à Tahiti. Nafea Faa Ipoipo (Quand te maries-tu ?), peu appréciée des amateurs d’art de l’époque, sera vendue à seulement sept francs (environ 10 euros) à la mort de l’artiste, mais voit sa cote atteindre 300 millions de dollars en 2015.

L’ancien dirigeant de Sotheby’s, Rudolf Staechelin, possède plus de 20 œuvres impressionnistes, prêtées au Kunstmuseum de Bâle depuis près de 50 ans. Staechelin a confirmé avoir vendu la peinture à l’huile de deux femmes tahitiennes, mais n’a pas confirmé l’identité de l’acheteur, ni le prix. De nombreuses rumeurs évoquent un acheteur qatari qui a versé un montant record de 359 millions de dollars pour ajouter Les Joueurs de Cartes de Paul Cézanne à sa collection, en 2011.

Interchange, Willem de Kooning

 

Originaire de Rotterdam, Willem de Kooning forge sa réputation à New York, dans les années 30. De Kooning utilise une technique de peinture similaire à celle de Jackson Pollock.

Interchange est une œuvre importante dans la mesure où elle représente une période de transition dans l’ensemble du travail de l’artiste, après la série Women du début des années 50 et avant ses peintures sur le champ de couleurs à partir de 1960 environ. Ken Griffin, le milliardaire et gérant de Citadel LLC, l’acquiert en 2016. L’œuvre ayant été vendue dans le cadre d’une vente privée, on ne peut que spéculer sur le prix exact de sa vente. Les experts estiment le prix d’achat à environ 300 millions de dollars, hissant le tableau parmi les tableaux les plus chers au monde.

Des grandes institutions muséales aux collections privées

 

Les Joueurs de cartes, Paul Cézanne

 

Évoqué plus haut, Les Joueurs de Cartes de Cézanne figure dans la liste des tableaux les plus chers au monde. Alors qu’il peine à obtenir la reconnaissance de ses pairs et du public, Paul Cézanne réalise cinq versions de ses « joueurs de cartes ». Quatre des versions de cette série appartiennent aujourd’hui a de grandes institutions privées, le Musée d’Orsay, la Fondation Courtauld de Londres, le Metropolitan Museum de New York et la Fondation Barnes. La cinquième version aurait été acquise en 2011 par la famille royale du Qatar aux héritiers de l’armateur grec George Embiricos pour 250 millions de dollars.

Number, Jackson Pollock

 

La technique de dripping, celle de laisser couler la peinture sur la toile aura fait de Jackson Pollock un artiste majeur du vingtième siècle. Vivement critiqué de son vivent, Pollock est aujourd’hui considéré comme l’un des artistes dont les œuvres figurent parmi les plus chères au monde. Grand amateur d’art abstrait, le milliardaire Ken Griffin (l’acheteur de Interchange de De Kooning) a acheté Number 17A en 2016 pour 200 millions de dollars.

No.6, Mark Rothko

 

Mark Rothko, maitre de l’expressionisme abstrait russo-américain, a achevé No.6 en 1951. Cette œuvre est un superbe examen de couleurs, réalisé dans un style presque pastel, conférant à l’ensemble de la pièce une expression chaleureuse. Des rectangles monochromes, des contours flous caractérisent le travail de l’artiste, qui s’arrache aujourd’hui chez les grands collectionneurs. No.6 a été vendu en 2014 pour 186 millions de dollars par le marchand d’art Yves Bouvier a Dmitry Rybolovlev – entrepreneur russe et propriétaire du club de football de Monaco… avant de se retrouver au cœur d’une bataille judiciaire entre les deux hommes, l’oligarque accusant le businessman suisse de l’avoir escroqué en surévaluant les œuvres vendues.

Rembrandt

Les portraits de Maerten Soolmans et Oopjen Coppit, jeunes mariés issus de la haute-bourgeoisie néerlandaise, sont immortalisés par Rembrandt en 1634 sur une toile immense de 2,10 sur 2,70 mètres. Ces toiles sont les seuls exemples de portraits complets réalisés par le plus grand peintre de l’âge d’or hollandais. Le tandem a été acquis par le Musée du Louvre et le Rijksmuseum d’Amsterdam, qui ont uni leurs forces en 2016 afin d’acquérir les deux œuvres pour 180 millions de dollars auprès de la fondation Rothschild.

Post a Comment